Journalisme Audiovisuel

Collecter, Traiter, Digitaliser et diffuser l'information à travers les médias

La multiplication des chaînes, l’apparition des télévisions sur le net, le développement de la télévision numérique terrestre et de chaînes régionales ou locales provoque une course effrénée aux images et à la perfection d’où tout l’intérêt de cette filière journalistique.

Introduction


Les patrons de chaînes de télévisions et les dirigeants de sociétés de production demandent désormais des journalistes audiovisuels qui sachent tout faire : enquêter, tourner, monter, mixer et à faire des « prêt à diffuser ». Il est donc important de répondre à cette attente des professionnels et de mettre à disposition  des formations qui correspondent à cette nouvelle offre.

L’ISMA donne aux étudiants une formation idoine qui colle aux nouvelles attentes de cette profession. Les cours sont assurés par des professionnels  qualifiés en poste dans les grands média et des universitaires de haut rang. Ils viennent apporter aux étudiants leur savoir-faire et transmettre leur expérience professionnelle par l’organisation de sessions d’enseignement qui les plonge totalement dans les réalités  professionnelles.

Ces sessions sont tout naturellement complétées par des stages en entreprises.

Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis egestas. Vestibulum tortor quam, feugiat vitae, ultricies eget, tempor sit amet, ante. Donec eu libero sit amet quam egestas semper. Aenean ultricies mi vitae est. Mauris placerat eleifend leo.

Didier SAMSON, Enseignant

Journaliste Reporter d’Images

C’est l’homme-orchestre de l’audiovisuel. Le JRI (journaliste reporter d’images) est à la fois rédacteur, reporter, cameraman et preneur de son ! Une vraie équipe  à lui tout seul… Ce qui fait bien l’affaire des chaînes de télévision, qui cherchent à toujours plus réduire les délais et les coûts de production.

Lorsqu’il part en reportage, le JRI filme, mais c’est également lui qui élabore son sujet et, parfois même, monte les images.

Ce métier est le fruit de l’évolution du matériel audiovisuel, qui s’est allégé, compacté et simplifié au fil du temps. Les JRI travaillent pour la réalisation des documentaires à diffuser par la télévision. Certains travaillent comme journaliste à la télévision, Les autres sont employés par des agences d’images.

Ses compétences : filmer, réaliser, monter.

Journaliste Web

Le journaliste Web travaille pour des médias numériques. Il alimente les sites Internet en contenus éditoriaux : textes, photos, vidéos, sons… Il doit être polyvalent et extrêmement réactif. Car contrairement à la presse traditionnelle, il peut actualiser un article après sa publication et choisir ses sujets en fonction des réactions des internautes.

L’interactivité est primordiale : le Web est le seul média on la relation avec le lecteur est aussi étroite.

Ses compétences : écrire, analyser, informer.

Journaliste Radio

Dans une station de radio, plusieurs catégories de journalistes cohabitent. Il y a les reporters, qui vont sur le terrain recueillir l’information, les chroniqueurs, qui conçoivent et présentent leurs chroniques, les “flash-men”, qui  présentent les journaux d’actualité. Sans oublier les animateurs… qui animent les émissions. Tous travaillent aux côtés des techniciens, professionnels de l’ombre et pourtant indispensables au bon fonctionnement de l’antenne. Chaque émission est calibrée à la seconde près : en radio, le rapport au temps est particulier et ne laisse aucune place à l’improvisation ! Naturellement, ce média exige une aisance orale et une diction parfaite, surtout quand on intervient en direct à l’antenne.

Ses compétences : analyser, informer, énoncer.

Rédacteur en chef

Inutile de rêver d’un tel poste en début de carrière ! La plupart des rédacteurs en chef le sont devenus après des années de bons et loyaux services au sein d’une rédaction. Car le “rédac’ chef” est le responsable du contenu des pages publiées dans un journal ou sur un site Web, d’une tranche horaire à la radio, d’un magazine ou encore d’un journal télévisé.

Il veille au respect de la ligne éditoriale, choisit les sujets avec ses chefs de rubrique et relit, écoute ou visionne la production des journalistes.

Il réfléchit également aux moyens de faire évoluer son support média pour conquérir de nouveaux lecteurs, auditeurs, téléspectateurs ou internautes.

Sa capacité à diriger une équipe importe autant, voire davantage, que ses qualités d’écriture ou d’enquêteur.

Ses compétences : informer, décider, diriger.

Rédacteur en presse écrite

Presse régionale, presse quotidienne nationale, presse magazine… Le rédacteur peut exercer son métier dans de nombreux supports. Le travail de ce journaliste commence par la collecte de l’information. Ensuite, il rédige son article, en tenant compte de la ligne éditoriale de son journal.

Certains sont généralistes, d’autres se spécialisent dans le cinéma, le sport, l’économie…

Après plusieurs années d’expérience, ils peuvent devenir chefs de rubrique et avoir la responsabilité d’une partie de la publication. S’il n’est pas nécessaire d’être une “plume” pour exercer ce métier, une excellente maîtrise de la langue française est évidemment indispensable.

Ses compétences : enquêter, écrire, informer

Secrétaire de rédaction

Ce journaliste ne va jamais sur le terrain. Le secrétaire de rédaction, plus souvent dénommé SR, passe plutôt ses journées devant son ordinateur, à relire les articles rendus par les rédacteurs.

Avec attention et minutie, il relit tout, corrige les fautes et les incohérences, trouve un titre, écrit les légendes des photos… Il peut remanier l’article si celui-ci est trop long ou mal construit.

Il est donc le dernier garde-fou avant l’impression : gare à ne laisser passer aucune erreur !

Un SR se doit de maîtriser les outils informatiques, notamment les logiciels de PAO.

Ses compétences : relire, vérifier, corriger.

Agencier

Dans la grande chaîne de l’actualité quotidienne, les agences de presse sont souvent les premières à collecter les informations, reprises ensuite par les journaux, les chaînes de télévision, les radios… Au “desk”, véritable gare de transit de l’information, le rédacteur trie, corrige, réécrit, voire traduit et vérifie les infos.

Après quelques années d’expérience, il peut être promu au rang de reporter ou de correspondant. Les agences de presse emploient aussi des monteurs, des JRI (journalistes reporters d’images), des photographes, etc.

 La maîtrise de l’anglais est indispensable.

Ses compétences : analyser, synthétiser, informer.

  • Licence Professionnelle en Journalisme Audiovisuel (BAC + 3)

  • Master Professionnel en Journalisme (BAC + 5)

Candidater au Journalisme Audiovisuel

Vous devez être titulaire du diplôme requis pour la formation choisie.

  • Baccalauréat pour la première année de licence professionnelle,
  • Baccalauréat + 3 ou équivalent pour le master professionnel.

Les pièces à fournir pour constituer votre dossier de candidature sont :

  1. formulaire de candidature (à remplir en ligne, à télécharger, ou à retirer à l’ISMA),
  2. fiche de demande d’inscription (à remplir en deux exemplaires),
  3. copie légalisée de l’attestation de succès ou du diplôme de Bac ou du diplôme admis en équivalence du baccalauréat (se munir de l’original),
  4. copies des relevés de notes, bulletins scolaires et/ou diplômes obtenus (pour les postulants au master),
  5. copie d’une pièce d’identité,
  6. copie légalisée de l’extrait de l’acte de naissance ou de jugement supplétif,
  7. copie légalisée du certificat de nationalité,
  8. lettre de motivation.
  9. curriculum vitae détaillé (seulement pour les inscriptions en Master),
  10. fiche d’engagement financier,
  11. fiche d’engagement pédagogique,
  12. trois photos d’identité couleur portant au verso les nom et prénoms de l’étudiant et sa filière,
  13. fiche de visite médicale,
  14. une chemise dossier en carton à trois rabats aux couleurs suivantes :
    • Bleu : pour le premier cycle (1re, 2e ou 3e année)
    • Jaune : pour le second cycle (étudiants en master)
  15. reçus du paiement des droits d’inscription (50 000 FCFA) et des frais de scolarité (partiel ou total en fonction des engagements pris).

Les examens d’entrée et d’orientation

  • les examens d’entrée et d’orientation se déroulent à l’ISMA.
  • les candidats à une formation continue sont convoqués.
  • pour les candidats résidant à l’étranger, les épreuves d’admission se font par correspondance (sur la plate-forme skype de l’Institut).
  • les résultats des examens sont communiqués sur le site de l’ISMA et affiché dans ses locaux le même jour.

Licence Professionnelle 1, 2 et 3

  • Droit d’Inscription: 50 000 FCFA
  • Frais de Scolarité: 700 000 FCFA

Master Professionnel 1 et 2

  • Droit d’Inscription: 50 000 FCFA
  • Frais de Scolarité: 900 000 FCFA

Voir les échéanciers

Découvrir l’ISMA

Je me lance

Rejoignez le premier campus africain de l'image et du son

Accédez au formulaire d'inscription en ligne dès maintenant.

%d blogueurs aiment cette page :